La Calligraphe Tomomi Kurihara

tomomi   tomomi2  P1020188

 

Tomomi Kurihara est originaire de la ville de Kitakyushyu au sud du Japon. Elle commence l’étude de l’écriture (shuji) à l’âge de 4 ans, et l’art de la calligraphie (shodô) à 8 ans avec le professeur Abe Kôyô.
A 20 ans, elle rentre dans le cours du professeur Mori Shikyô. Elle décide sérieusement de se consacrer à l’étude de la calligraphie.
A 26 ans elle reçoit le diplôme de professeur, et à 30 ans, elle ouvre son propre cours.
Aujourd’hui, elle enseigne à 200 élèves âgés de 4 à 78 ans.
Elle réalise régulièrement des expositions avec des musiciens, des céramistes, des artisans d’arts et des tisserands.

Elle est venue pour la première fois en 2002 réaliser une démonstration en duo avec sa mère, Tajima Nasuko, grand maître d’Ikebana de l’école Senshin-Ikenobô. Et en 2010, elle était l’invitée d’honneur de l’exposition de Mars, avec le céramiste japonais Rizü Takahashi.

En 2013, elle est revenue présenter ses œuvres artistiques lors de l’exposition annuelle d’Ikebana fin mars. Elle a pour cette occasion choisi d’exposer des kakemonos, entre modernité et tradition... emprunt de poésie et philosophie, en accort avec la saison printanière. Accompagnée de sa fille, soprane, elle nous a fait l’honneur d’une grande démonstration devant plus de 100 personnes.

Clic ici pour voir l'exposition de 2013

En 2017, nous l'avons accueilli de nouveau pour exposition :

Les œuvres de cette exposition ont été concoctées depuis quatre années pour être en osmose avec le sentiment et la qualité des « Ikebana » de la saison printanière. Kôhô Kurihara nous charme non seulement par la qualité de ses écritures d’une étonnante diversité, mais nous plonge dans un domaine pictural très contemporain. Elle s’aide de l’encre pour faire sortir des paysages, des effluves floraux sur les panneaux, supports de la calligraphie à venir. Artiste talentueuse, elle vient à exposer ces dernières années dans des musées célèbres de Hollande et de Paris.

Une exposition de ses grandes œuvres a été projetée pendant plusieurs mois au musée Georges-Labit à Toulouse.

Clic ici pour voir l'exposition de 2017